année 2015/2016

Respecter l’autre dans ses différences : l'homophobie

Par SYLVIE MOREL, publié le mardi 14 juin 2016 10:25 - Mis à jour le mardi 5 juillet 2016 09:11

Grâce au financement de la région Auvergne-Rhône-Alpes  les élèves du lycée professionnel de 2nd bac pro Prag, 2de bac pro MEI, 2de bac pro hôtellerie et 1ère année CAP hôtellerie et 1ère année CAP TCRM (soit 110 élèves) ainsi que les élèves du lycée général : 2de1, 2de2, 2de3, 2de4, 2de5, 2deEPS, 2deDEM, 2deDES et 2dePE (soit 248 élèves) ont bénéficié de l’intervention de l’association Contact Savoie qui lutte contre l’homophobie.

Les interventions interactives interrogent les élèves et leur permettent de s’exprimer autour de l’homophobie mais aussi autour d’autres discriminations.

Des « apprentis » journalistes ont pu interviewer les intervenants et rédiger un article qui est paru dans le journal du lycée.

L’homophobie,

une discrimination toujours présente dans nos sociétés.

 

En octobre, le lycée a organisé des conférences sur l’homophobie qui s'adressaient à tous les nouveaux venus dans l'établissement. Cette intervention s'inscrit dans un projet plus large, « Accepter l'autre dans ses différences » avec l'intervention de deux associations : le SAVIHEP qui lutte contre le SIDA et les IST (infections sexuellement transmissibles) ainsi que « Contact Savoie », qui vise à aider les jeunes homosexuel(le)s et bisexuel(le)s à sortir de leur isolement en les aidant et en leur « offrant (…) le non jugement ».

Cette conférence portait donc sur la tolérance et l'acceptation de tous.

Rappelons que le taux de suicide est 4 fois plus élevé, selon l'association Inter-LGBT, chez les jeunes homosexuel(le)s, bisexuel(le)s et transsexuel(le)s, notamment à cause des insultes et de la discrimination. L'homophobie est aujourd'hui bien  présente en France, malgré quelques avancées dans ce domaine, comme par exemple la loi de 1982, depuis laquelle l'homosexualité n'est plus considérée comme un délit et le 17 Mai 1990, jour où l'Organisation Internationale de la Santé a affirmé que l'homosexualité n'est pas une maladie mentale.

Pourtant les homosexuels peuvent être victimes de harcèlement au travail: d'ailleurs, des hommes âgés de 35 à 50 ans, vivant en province et victimes des insultes de leurs supérieurs hiérarchiques, ont témoigné pendant la conférence. N'oublions pas non plus qu'ils subissent des agressions dans la rue avec, en moyenne, une agression d'un(e) homosexuel(le) qui a lieu tous les deux jours. En outre, l'association "SOS Homophobie" rapporte qu'internet est l'endroit où l'homophobie est la plus exprimée. C'est pourquoi, pour faire évoluer les mentalités, cette association mise sur la prévention dès le collège et le lycée.

 

 

 

 

Manifestation pour le mariage gay à Lyon

 

 

Nous avons interviewé A.Lemonnier, professeure dans l'enseignement, professionnelle et organisatrice de cette intervention.

 

Nous la remercions infiniment d’avoir répondu à nos questions.

 

"Depuis combien de temps cette action est-elle menée au lycée ?"

"Je propose ces interventions depuis 5 ans sur le Lycée Professionnel et depuis 3 ans tous les élèves nouveaux entrants au lycée en profitent".

 

"Pourquoi avez-vous eu l'idée d'organiser cette intervention ?"

"J'ai eu cette idée en complément d'une autre intervention qui a pour but la lutte contre le VIH. C'est une personne qui est elle même atteinte du VIH qui vient témoigner, et en fait le plus difficile pour elle c'est le regard des autres, les préjugés, la méchanceté. Or il y a aussi beaucoup de discrimination vis à vis des personnes homosexuelles. La méconnaissance peut parfois pousser à la violence verbale et/ou physique".

 

« On n'est pas obligé d'aimer tout le monde mais on doit se respecter. »

 

"Est-ce que cette intervention sensibilise les élèves ? Pensez-vous qu'ils en ressortent avec une autre vision de l'homosexualité ?"

"En ce qui concerne une autre vision, je pense que oui, en tout cas, cela chemine dans leur esprit".

 

"La reconduirez-vous encore longtemps ?"

"Je vais continuer cette action, si la région Rhône Alpes continue à la financer, car cela a forcément un coût. Mais, j'ai un avantage, c'est maintenant dans le programme d'Enseignement Moral et Civique: la lutte contre les discriminations."                      

 

Toutes les classes de secondes générales ont pu aussi assister à une conférence sur l’homosexualité et tout ce qui se rapporte à ce sujet. Durant deux heures, l’association Contact Savoie a sensibilisé les élèves à l’homophobie, à ses différentes formes ainsi qu'à ses conséquences.

Le but principal était de sensibiliser les élèves et de leur montrer que s’ils se trouvent dans un cas similaire, ils ne sont pas seuls et ils peuvent en parler sans aucun problème.  Un film racontant l’histoire d’une jeune femme homosexuelle a été visionné par les élèves. Les témoignages des différents intervenants ont permis de rendre tout cela encore plus réel et fort. De plus, les élèves ont pu poser leurs questions en toute liberté pour en connaître davantage sur ce sujet encore trop laissé à l’écart et dont peu parlent ouvertement.

Cette conférence sans tabou où tout le monde a le droit d’exprimer son avis librement est là pour aider les adolescents ou même les adultes à s’assumer pleinement et à être heureux d’être qui ils sont réellement. Elle est nécessaire et très enrichissante. La plupart des élèves en sortant de cette intervention ont pu porter un œil nouveau sur ce sujet. Ils ont compris que ce n’était pas grave d’être « différent » des autres et qu’il ne fallait jamais avoir honte de la personne que l’on était, au contraire, il faut en être fier ! C’est la principale clef vers le bonheur, la liberté et l’acception de soi.

 

Yann SOUVY et Fantine CARRON

Pièces jointes
Aucune pièce jointe