année 2015/2016

Une rencontre historique avec Christian Desseaux, ancien résistant déporté

Par SYLVIE MOREL, publié le vendredi 5 février 2016 08:39 - Mis à jour le dimanche 28 février 2016 11:09

Vendredi 15 janvier 2016, les élèves du lycée général et du Lycée Professionnel (TES, 1L, 1ES1, 1ES2, 3PRO, 1PROA, 1PROM, 2PROR, TPROM), soit environ 170 élèves ont eu le privilège de rencontrer Monsieur Christian DESSEAUX. En effet nous pouvons parler de privilège car Monsieur DESSEAUX est l’un des derniers survivants du camp de Buchenwald et de Dora. Il est le seul à témoigner encore dans le département. Cette rencontre exceptionnelle a été rendue possible grâce à la collaboration entre l’Association des Amis pour la Défense de la Mémoire de la Déportation et les enseignantes documentalistes. Durant toute la semaine, les élèves ont pu observer l’exposition construite et proposée par l’Association au CDI. Exposition qui rappelle quelques notions et dates essentielles concernant la déportation et les camps. 

Monsieur DESSEAUX, âgé aujourd’hui de 90 ans, a réussi à survivre à « cet enfer ». Il a raconté aux élèves comment, jeune homme alors âgé de 17ans, il a été arrêté dans sa ville de Compiègne puis emprisonné et envoyé au camp de Buchenwald puis dans le tunnel de Dora où il a survécu de janvier 1943 à avril 1945. Il ne reviendra en France qu’en mai 1945 après s’être enfui pendant la longue marche de la mort. Il évoque le quotidien : manque de nourriture, le froid, le travail obligatoire et les traitements inhumains infligés par les nazis, et à l’évocation de ces souvenirs l’émotion est palpable.

Malgré toutes les horreurs évoquées, Monsieur DESSEAUX termine son récit par une note d’optimisme en disant aux élèves : « on a besoin de vous ; c’est vous la France aujourd’hui. Contrairement à moi, vous avez l’avenir devant vous ». Vient alors le temps des questions et une notamment concernant ses relations avec les Allemands : « Les jeunes de votre âge sont très bien et j’échange régulièrement avec eux lors de voyages d’étude ; contrairement aux "Français" ils ont su critiquer leurs grands-parents et arrières grands parents pour leurs agissements durant la guerre ». Au moment de se dire au revoir, l’émotion est forte aussi bien du côté de Monsieur DESSEAUX, qui a énormément apprécié l’attitude des élèves et leur qualité d’écoute que du côté des élèves qui ont pris conscience d’avoir face à eux un homme exceptionnel par son parcours et son engagement.

 

Pièces jointes
Aucune pièce jointe