Année 2016-2017

Danser pour le dire : le hip-hop

Par SYLVIE MOREL, publié le mardi 13 juin 2017 16:03 - Mis à jour le mardi 13 juin 2017 16:18

Dans  leur  métier,  Les élèves de CAP transport  par câble et remontées mécaniques (TCRM) utilisent leurs aptitudes physiques et donc  leur corps.

Sur un temps fort, les jeunes ont pu  travailler avec le chorégraphe Landrille Tchouda Bouba  de la  Compagnie Malka de Grenoble. La présence de l'artiste permet un contact différent avec les jeunes. Puis les ateliers se poursuivent avec Lily une danseuse de la compagnie.

      

 

 

 

  

 

 

 

 

En  passant par le HIP HOP, les jeunes utiliseront leur corps pour créer, pour s'exprimer tout en dansant. Le HIP HOP est une danse qui les attire car elle demande une performance physique comme toutes les danses mais sans les préjugés autour de la danse réservée aux filles.

 

Cette action permet une plus grande cohésion du groupe une plus grande tolérance vis à vis des différences physiques, culturelles ... et le plaisir d'aller voir des spectacles et d'apprécier ces moments, mais aussi savoir utiliser son corps et ses articulations sans se blesser, ce qui fait aussi partie de leur futur métier. 

 Les ateliers chorégraphiques de la Compagnie Malka : Bercé par les cultures urbaines et les cultures du monde, le chorégraphe Bouba Landrille Tchouda aborde la danse sous une multitude de facettes, hip hop, capoeira, danse contemporaine. Il fait partie de ces artistes issus de la mouvance hip hop ayant su développer une écriture contemporaine singulière. En parallèle des spectacles présentés par la compagnie, des actions diverses sont conçues et mises en œuvre selon les publics concernés. Ici, Bouba propose un dialogue autour de la recherche chorégraphique, en s'appuyant sur l'univers de la pièce "Têtes d'affiche". Durant les ateliers, à partir de thèmes extraits de ce spectacle, Bouba amènera les participants à mobiliser leur corps « poétique », celui qui parle, celui qui s'exprime, avec l'énergie stimulante des danses urbaines. 

 

 

 

 

 

 

 

Ces  ateliers ont été réalisés  grâce  au financement de la région Auvergne-Rhône-Alpes et de la mise à disposition d’une salle par la mairie de Moûtiers  et  bien sûr avec la participation du Dôme théâtre.

 

Pièces jointes
Aucune pièce jointe